À propos | Retour

Après des études d’ingénieur, je me suis consacré à mes deux passions la magie et les marionnettes.
En parallèle, je travaillais la comédie pour théâtraliser mes numéros. L’aboutissement est le spectacle Super Dog show et surtout celui des Fables de la Fontaine. Dans ce dernier spectacle, les critiques ne parlent plus de ventriloquie mais reconnaissent le travail du comédien.

la technique (magie et ventriloquie) s’efface au profit de la comédie.

Avec Archimède, je me suis produit de cabarets en music-halls, de pays en pays, de premières parties de vedettes en émission de télévision, et petit à petit, sont venus nous rejoindre Gertrude, Monsieur Croq, Amélie et les autres… 

En 81, Dominique Webb, à l’occasion de son émission « Les Magiciens » et de son show de Mogador, me permet de présenter une marionnette de ventriloquie qui réalise des tours de magie. C’est le mariage de la magie et des marionnettes.

En 95, avec des amis artistes j’ai fondé l’association « L’Heure au Spectacle » pour promouvoir les arts visuels dans mon domaine de prédilection.

Que ce soit aux premières médiévales d’Amérique du nord, où s’est jouée ma pièce « Les aventures du Chevalier Du Déclin », jusqu’au spectacle « Amélie au pays des marionnettes », lors du festival des théâtres du monde à Charleville Mézières, en passant par « Les plus grands magiciens du monde » à Bruxelles, j’ai toujours associé la magie et les marionnettes.

En 97, les critiques n’ont pas hésité à dire que j’avais renouvelé l’art de la ventriloquie en présentant, lors d’un congrès international de magie, le numéro d’ Amélie.
Quant au jury professionnel, à cette occasion, il m’a décerné le 1er prix.



Retour